The Heroes of Olympus, Tome 2: The Son of Neptune de Rick Riordan

Lecture VO 

Malgré sa mémoire défaillante, Percy Jackson, le fils de Neptune, est désigné pour une dangeureuse mission en Alaska. Là-bas, dans le Grand Nord, rappelés du Styx par Gaïa, les monstres se réveillent un à un. Asisté par les demi-dieux Hazel et Frank, Percy doit une fois encore combattre le chaos qui menace. Pour cela, il lui faudra délivrer une divinité pas comme les autres : Thanatos lui-même, le dieu des Morts…


“Since Percy’d lost his memory, his whole life was one big fillin-the-blank. He was____________________, from____________________. He felt like____________________, and if the monsters caught him, he’d be____________________.”

Vous ne le savez peut-être pas puisque j’ai posté la chronique de Lord of Shadows juste avant celle-ci, mais en réalité une fois avoir terminé le premier tome de Heroes of Olympus je me suis jetée sur la suite. Je savais que dans ce tome on retrouverai Percy, et il me manquait tellement que je me suis sentie obligée de lire The Son of Neptune au plus vite.

Alors que dans le premier tome l’auteur nous préparait légèrement à l’introduction aux mythes romains, ici nous sommes définitivement plongés dans ces mythes. En effet on retrouve Percy, amnésique comme l’était Jason dans The Lost Hero, arrivant au camp de Sang-Mêlés romains, appelé le camp Jupiter. Et je ne vais pas vous le cacher, au début j’ai eu un peu de mal avec tous ces noms de dieux romains, ce camp définitivement différent de celui des Sang-Mêlés grecques, et la façon de penser de ses occupants.

confused

C’était assez perturbant de suivre un Percy amnésique. Ayant lu les 5 tomes de Percy Jackson il y a à peine quelques mois, je me souvenais encore parfaitement ce qu’il avait fait, ce qui n’était pas son cas. Et comme je suis une lectrice un peu trop ‘engagée’ (on va appeler ça comme ça) je me retrouvais parfois à crier sur Percy parce qu’il ne se souvenait pas de certains détails. Bon au moins il se souvenait de Annabeth, c’est déjà ça!
Dans ce nouveau tome on fait ainsi la connaissance de nouveaux personnages, dont Hazel et Frank qui, on se doute dès le débuts, font partis de la prophétie des 7 demi-dieux. Hazel est la fille de Pluton, dieu des Enfers. Elle est un personnage un peu particulier et cache un lourd secret dont on se doute rapidement mais que l’on découvre progressivement. Elle doute beaucoup, notamment à cause de sa malédiction, mais elle n’en reste pas moins attachante. Frank, quant à lui, est le fils d’Arès, dieu de la guerre, ainsi que le descendant d’une grande lignée de héros. Sa vie est très fragile, et il doute aussi beaucoup sur ses capacités. Il a beaucoup d’humour et m’a fait énormément rire au cours des chapitres. Encore nouveaux au camp, Frank et Hazel ne sont encore jamais partis réaliser une quête.

Nos trois héros forment un trio un peu atypique mais qui fonctionne à merveille. Leur mission n’est pas simple et sur une durée très courte. Par moments je trouvait qu’ils s’en sortaient un peu trop facilement, j’aurai bien aimé les voir galéré un peu plus, même si je sais qu’à plusieurs reprises il s’en est fallu de peu. Durant leur quête ils vont devoir affronter de nombreux ennemis tous très différents, et trouver des alliés improbables pour pouvoir avancer.
J’ai apprécié le fait que nos héros ne partent pas en mission trop rapidement, ce qui m’a un peu laissé le temps de m’adapter à ce nouvel environnement que l’on découvre en même temps que Percy, mais aussi à cette nouvelle facette de l’univers créé par l’auteur.

“Life is only precious because it ends, kid.”

Nico est de retour dans ce tome, et vous pouvez pas imaginer à quel point j’étais contente qu’il soit là. Il était l’un de mes personnages préférés dans Percy Jackson, donc j’ai pas mal fangirlé lors de sa première apparition.

jon-stewart-fangirling-gif-1

Mise à part lui, ici on ne revoit pas autant de personnages connus que dans The Lost Hero. Mais ils n’ont pas totalement disparus pour autant ! Certains sont mentionnés lorsque Percy retrouve certaines parties de sa mémoire ou lorsqu’il rêve (moi aussi je veux pouvoir faire ce genre de rêves !)
Le camp Jupiter m’a beaucoup perturbé. Je ne sais pas si c’est à cause de son organisation totalement différente de celle du camp des Sang-Mêlés, ou de ses règles très particulières qui reprennent celles de l’empire romain ou autre, mais j’ai eu beaucoup de mal à m’y faire. Je préfère largement le camp grecque, que je trouve plus simple et ‘chaleureux’ que celui des romains. Après ça changera peut-être plus tard dans la saga.

Dans sa généralité j’ai trouvé ce tome plus dark que le précédent. L’humour était moins présent (mais toujours là !) et on sentait beaucoup plus de tension au fil des pages. J’avoue que je ne sais pas si j’ai préféré ce tome au précédent, c’est même assez dur de les comparer bien qu’il s’agisse de la même saga.
Comme d’habitude depuis le premier livre de Rick Riordan que j’ai lu, je suis complètement fascinée par l’univers qu’il a mis en place à partir de ces mythes. J’ai encore une fois été transportée dans cette nouvelle aventure pleine de rebondissements, et j’ai vraiment hâte de lire la suite !

rh2dzkxrh2dzkxrh2dzkxrh2dzkx00

Publicités

Une réflexion sur “The Heroes of Olympus, Tome 2: The Son of Neptune de Rick Riordan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s