The Greatest Showman: Un film grandiose mais…

The Greatest Showman était l’un des films que j’attendais avec le plus d’impatience cette année. J’ai commencé à écouter la bande originale début décembre, et je suis rapidement devenue accro. Alors forcément, il fallait que je le vois au plus vite. Et bien spoiler alert: ce film est génial ! (malgré quelques détails qui m’ont un peu gênée)

Synopsis: The Greatest Showman célèbre la naissance du show-business et l’émerveillement que l’on éprouve lorsque les rêves deviennent réalité. Inspirée par l’ambition et l’imagination de P.T Barnum, voici l’histoire d’un visionnaire parti de rien qui a créé un spectacle devenu un phénomène planétaire.

Pour avoir vu les différentes bandes annonces sorties ces derniers mois plusieurs fois (beaucoup trop de fois d’ailleurs), je savais déjà que ce film allait en jeter. Et en effet, The Greatest Showman était une pure merveille ! Visuellement parlant, je crois que c’était l’un des plus beaux films que j’ai jamais vu. Les costumes, les décors, les danses, les chansons: tout était génial. Connaissant déjà par cœur les chansons, j’avoue qu’il était très dur de ne pas chanter dans la salle (j’ai d’ailleurs un peu poussé la chansonnette, mais pas trop fort hein, j’allais pas gêner les autres ahah).

Outre la bande annonce et les chansons, une des autres raisons pour lesquelles j’avais particulièrement hâte de voir The Greatest Showman: le casting. Hugh Jackman, Zac Efron, Zendaya: c’est bon, je suis vendue. Ce sont des acteurs que j’adore individuellement, et de les voir réunis m’a donné encore plus envie de voir le film (et puis on va pas se mentir, revoir Zac Efron dans une comédie musicale ça fait du bien) (oui, parce que je suis pas très fan des derniers films qu’il a fait..)

Bref, parlons de l’intrigue du film quand même. The Greatest Showman suit donc l’histoire de P.T. Barnum, pour qui on doit les cirques et freak shows aujourd’hui. Habitué à vivre dans la misère et dans l’ombre depuis son plus jeune âge, avec un père tailleur dont le travail n’a jamais été reconnu à sa juste valeur, Barnum décide de créer un lieu où les gens habituellement oubliés et mis à l’écart seront mis à l’honneur, lieu qu’il appellera « Barnum’s Circus ».

Maintenant, même si j’ai vraiment adoré ce film et que j’ai passé un excellent moment en le regardant (et qu’il était pas très loin du coup de cœur), il y a eu quelques détails qui m’ont un peu dérangé (bah oui, ce serait trop beau sinon):

  • Pour commencer, j’ai trouvé que par moments l’intrigue s’effaçait un peu trop au profit des chansons. La plupart de ces scènes en mettait plein les yeux avec leurs chorégraphies magnifiques et les costumes tout aussi somptueux, et même si ça ne faisait pas non plus « trop », j’avais l’impression que l’histoire et les personnages n’étaient pas assez poussés à cause de ça. C’est pas non plus ce qu’il y a de plus gênant, mais c’est quelque chose que j’ai quand même remarqué.
  • Autre chose qui m’a vraiment dérangé: le fait qu’ils aient « romantiser » Barnum. Parce que oui, c’est bien beau de dire ‘Barnum est l’inventeur du cirque’, ‘il a réuni des exclus de la société et les a mis sous les projecteurs’, etc… mais il faut voir les choses en face: il est un homme blanc, ne se considère ‘différent’ que parce qu’il a une façon soit-disant différente de voir les choses mais quand on le croise dans la rue il est tout à fait normal. Il décide d’utiliser des gens qualifiés de ‘différents’, monte un show, fait tout foirer, mais est quand même pardonné à la fin.. Mouais, je suis pas convaincue.
    Alors oui, le film prône la diversité, et This Is Me est un magnifique appel à la diversité ainsi que l’acceptation de la différence, mais il faut aussi voir à quel point le personnage de Barnum est problématique.
    Ils effleurent très rapidement la sujet (c’est d’ailleurs ce qui amène la chanson This Is Me dans le film), mais c’est bien rapidement oublié et pardonné..

tumblr_p2iibwmyrn1wsyu3fo1_500

  • J’ai aussi trouvé dommage qu’ils ne développent pas plus la relation entre Anne (jouée par Zendaya) et Philip (joué par Zac Efron). L’histoire étant malheureusement principalement centrée sur Barnum, on a pas l’occasion de voir plus que ça leur relation évoluer. À la limite c’est pas forcément ce qui m’a le plus dérangé, après tout leur histoire n’est pas le centre de l’intrigue. Ce qui m’a vraiment dérangé c’est qu’ils n’expliquent pas explicitement les raisons pour lesquels leur relation était considérée comme tabou à l’époque: pas parce que Anne est trapéziste, mais à cause de sa couleur de peau. En effet, Anne étant métisse et Philip blanc, c’était pas très bien vu, et malheureusement c’est pas quelque chose qu’ils disent de manière claire dans le film. Les acteurs en parlent dans les interviews, mais j’aurais aimer que ce soit aussi le cas dans le film.
  • Et enfin: le film était trop court à mon goût. 1h44 c’est court pour un film de nos jours, surtout quand on voit que la plupart font au minimum 2h. Ainsi j’ai eu l’impression par moments que certains passages étaient un peu bâclés, ou trop rapides en tout cas. Je pense qu’au moins 20 minutes en plus de film auraient permis de développer un peu plus certains passages et/ou personnages.

8b9012fc566ddc69dfbd2683a583a2c9

↑ Ce gif représente parfaitement mon état d’esprit en voyant tous ces petits détails qui m’ont dérangée alors que je pensais avoir un coup de cœur pour ce film ahah

Alors je sais qu’on a l’impression que j’ai été énormément déçue par ce film, mais pas du tout ! J’ai adoré ce film, et j’ai passé un très bon moment. Je m’attendais juste à un peu plus, je l’avoue. J’avais déjà lu certains avis pas forcément positifs dessus, mais c’est toujours bien de faire son propre avis.

Malgré tout, je suis sûre de le revoir quand il sortira en DVD/streaming, parce que même si tout n’était pas parfait, j’ai envie de le revoir encore et encore.

rh2dzkxrh2dzkxrh2dzkxrh2dzkxrh2dzkx
3.75/5


▬ Infos sur le film

    • Titre: The Greatest Showman
    • Réalisateur: Michael Gracey
    • Distribution: Twentieth Century Fox France
    • Acteurs: Hugh Jackman, Zac Efron, Zendaya, Michelle Williams…
    • Nationalité: Américain
    • Date de sortie: 24 janvier 2018
    • Genre: Drame, Comédie Musicale
    • Format: 1h 44min

 

Publicités

Passenger, Tome 2: Wayfarer de Alexandra Bracken

Lecture VO

All Etta Spencer wanted was to make her violin debut when she was thrust into a treacherous world where the struggle for power could alter history. After losing the one thing that would have allowed her to protect the Timeline, and the one person worth fighting for, Etta awakens alone in an unknown place and time, exposed to the threat of the two groups who would rather see her dead than succeed. When help arrives, it comes from the last person Etta ever expected—Julian Ironwood, the Grand Master’s heir who has long been presumed dead, and whose dangerous alliance with a man from Etta’s past could put them both at risk.

Meanwhile, Nicholas and Sophia are racing through time in order to locate Etta and the missing astrolabe with Ironwood travelers hot on their trail. They cross paths with a mercenary-for-hire, a cheeky girl named Li Min who quickly develops a flirtation with Sophia. But as the three of them attempt to evade their pursuers, Nicholas soon realizes that one of his companions may have ulterior motives.

As Etta and Nicholas fight to make their way back to one another, from Imperial Russia to the Vatican catacombs, time is rapidly shifting and changing into something unrecognizable… and might just run out on both of them.


“We are, all of us, on our own journeys.”

J’ai lu le premier tome de cette duologie il y quelques temps, et il était temps que je me décide à lire la fin de cette histoire. Je n’avais pas vraiment d’attentes, je souhaitais juste que l’histoire se finisse bien et surtout je voulais savoir comment nos personnages allaient se retrouver. J’ai mis presque un mois pour le lire, mais j’en suis finalement arrivée à bout !

L’histoire reprend plus ou moins là où on s’était arrêté à la fin du tome précédent. Nos personnages se retrouvent séparés et démarrent un voyage à la recherche l’un de l’autre, mais surtout cherchent à contrecarrer les plans de Ironwood. Nicholas se voit alors obligé de faire équipe avec Sophia, tandis que Etta fait connaissance avec son père.

Je ne vais pas vous le cacher: je crois que j’ai un problème avec cette auteure. Jusqu’à maintenant je n’ai lu que ses livres Passenger et Wayfarer, mais à chaque fois je me retrouve dans une panne de lecture. Comme je n’ai lu qu’une seule de ses séries c’est assez difficile de me dire si c’est vraiment la plume d’Alexandra Bracken, et je verrais sûrement si c’est le cas le jour où je lirai un autre de ses livres. Sa plume est jolie, oui, mais j’ai l’impression qu’elle rend ses livres encore plus lents qu’ils ne le sont déjà…

tenor

L’histoire a mis du temps à se mettre vraiment en place, et heureusement que j’avais vraiment envie de savoir comment tout ça allait se terminer (et que c’était le dernier tome) parce que j’aurai abandonné. C’était pas non plus ennuyeux à mourir hein, mais juste pas assez intéressant pour me maintenir accrochée à ma lecture une nuit entière comme c’est parfois le cas.

“The worth is in the fight, not the conquest. Do not give up.”

Un nouveau personnage a également été introduit: Li Min. Et j’ai été tellement déçue. Pas par son personnage, non. Elle est badass, mystérieuse, forte: bref, tout ce que j’aime chez un personnage féminin. Non, j’ai été déçue parce qu’au final elle n’a pas du tout été développée. Certes, on a droit à son histoire, qui nous permet de comprendre ce qui a conduit à sa rencontre avec Nicholas et Sophia, mais c’est tout. Elle est très peu présente dans le livre, et sa relation avec Sophia est pas du tout exploitée (alors que c’est quelque chose que j’avais vraiment hâte de voir dans ce tome). J’ai eu l’impression qu’elle était là juste pour dire d’ajouter un personnage secondaire au tableau et de nous donner un love-interest à Sophia (et encore, on a pas grand chose) et c’est tout.

La romance entre Etta et Nicholas est toujours présente, et bien qu’elle m’ait un peu énervée (il se connaissent depuis même pas un mois mais sont quand même amoureux l’un de l’autre..), je me rend compte que c’était quand même moins niais que dans Passenger. Et heureusement !

tenor1

Bon après comme ils étaient séparés pendant la plupart du livre ils pouvaient pas se tourner autour, mais ça ne les empêchaient pas de penser l’un à l’autre.

Alors je sais, pour le moment on a l’impression que j’ai détesté ma lecture, mais c’est pas du tout le cas ! Bon j’avoue que c’est loin d’être un coup de cœur, mais j’ai quand même apprécié ma lecture. Au plus j’avançais et au plus je m’attachais à Etta et Nicholas, et j’ai même réussi à m’attacher à Julian (même si c’était pas gagné d’avance).

J’ai beaucoup aimé la direction qu’a pris cette auteure pour ce tome. J’avais un peu peur que ce soit comme dans le tome précédent, mais ça n’a pas été le cas. On a même l’occasion de découvrir un peu plus les époques que nos personnages visitaient, ce qui manquait au tome précédent d’après moi. Bon ce n’est pas le cas pour toutes les époques visitées (et heureusement parce qu’il y en a quelques-unes), mais j’avais beaucoup plus l’impression de lire une fiction historique qu’avec Passenger.

Comme à chaque fois que je lis un livre, j’ai pensé à la note que je donnerai. Pendant la quasi totalité du livre j’ai pensé à mettre 3.5/5, qui est je pense une note assez juste vu tous les petits défauts que j’ai rencontré pendant ma lecture, MAIS CETTE FIN. Je m’attendais à une fin heureuse: c’est quand même assez évident. Mais je ne m’attendais pas à une telle fin. Elle était surprenante, explosive, et tellement incroyable, que j’ai rajouté 0.5 juste pour ça. Ça m’arrive rarement, donc vous pouvez me croire: cette fin est géniale, et j’avoue que ça fait un peu mal de devoir quitter ces personnages.

Enfin bref, je ne recommanderai pas ce livre à tout le monde parce que je sais qu’il ne plairait pas forcément à cause de sa lenteur, mais ça reste malgré tout une très bonne lecture qui vaut le détour.

rh2dzkxrh2dzkxrh2dzkxrh2dzkxrh2dzkx


▬ Infos sur le livre

  • Nombre de tomes: 2 tomes
  • Livre disponible en VF: Oui
  • Nombre de pages: 532 pages
  • Niveau d’anglais: Normal
  • Éditeur: Disney-Hyperion