Nina Nesbitt: une artiste à suivre

Je ne pense pas avoir fait d’article de ce genre depuis très longtemps (plus d’un an si mes souvenirs sont bons), et je me disais qu’il serait temps de recommencer à vous partager mes artistes coup de cœur.
Et quoi de mieux pour reprendre cette catégorie que de vous parler d’une chanteuse que j’aime énormément et que je suis depuis quelques années ?!

Nina Nesbitt est une artiste écossaise originaire d’Édimbourg, où elle a passé une grande partie de sa vie. Elle écrit et compose ses chansons et joue de la guitare, du piano et de la flûte. Comme beaucoup, elle a débuté sa carrière musicale en postant des vidéos sur YouTube, où elle partageait un mélange de reprises et de contenu original.
Elle a également fait la première partie de Ed Sheeran lors de sa tournée européenne du « + Tour », ce qui lui permis par la suite de signer un contrat chez Universal. On la retrouve d’ailleurs dans le clip de la chanson Drunk de ce dernier.
Elle a révélé en mai 2016 avoir mis fin à son contrat avec Universal, et après avoir passé plusieurs mois en tant qu’artiste indépendante, elle a signé un contrat avec le label indépendant Cooking Vinyl en novembre 2016.

Nina a à son actif huit EPs, dont le plus connu reste à ce jour Stay Out, ainsi qu’un album studio, Peroxide, reprenant plusieurs titres de ses EPs ainsi que de nouveaux titres.
Je pense que de tous ses EPs et album, Life in Colour est mon préféré, autant pour les chansons que pour son ‘originalité’: entre avril et septembre 2016, Nina a demandé à ses fans de lui envoyer des histoires sur leur vie, tout cela dans le but de travailler ses capacité d’interprète et de compositrice, et les chansons qui en ressortent sont toutes plus incroyables les unes que les autres.

Elle travaille actuellement sur son deuxième album, initialement prévu pour 2017 (*pleure*), qui devrait donc sortir cette année (en tout cas je l’espère).

Elle a déjà sorti plusieurs chansons qui y figureront, dont The Moments I’m Missing, son premier single, paru en juillet 2017, ainsi que The Best You Had, qui est d’ailleurs devenu sa chanson la plus écoutée sur Spotify, mais mon coup de cœur reste Somebody Special, qui a une résonance particulière en moi.

Plus récemment elle a sorti The Sun Will Come Up, The Seasons Will Change, qui sera également sur son prochain album, et que l’on retrouve dans le huitième épisode de la série ‘Life Sentence’ (je ne vous cache pas que j’ai fangirlé quand j’ai entendu la chanson haha)

Je connais Nina Nesbitt depuis… très longtemps. Je ne sais plus trop comment je l’avais découverte, mais je me souviens avoir été complètement envoûtée par sa voix. Pendant un temps j’ai arrêté de suivre ce qu’elle faisait, et puis il y a un an environ je suis tombée par hazard sur un de ses derniers clips sur YouTube (Chewing Gum il me semble), et je suis retombée amoureuse de sa voix et sa musique. Depuis, je suis de près ce qu’elle fait, et je ne manque pas une occasion d’écouter ses derniers titres.

▬ Quelques facts sur Nina

  • Elle a été en couple avec Ed Sheeran en 2012, et a inspiré les chansons Nina et Photograph de ce dernier, comme il a inspiré plusieurs chansons de son album Peroxide.
  • Elle faisait de la gymnastique quand elle était plus jeune et a participé à des compétitions locales et régionales avec son école.
  • Elle écrit et produit elle-même ses chansons.
  • Avant de débuter sa carrière musicale, elle a fait du mannequinat.

Nina Nesbitt est malheureusement très peu connue, ce que je trouve dommage parce qu’elle est une artiste complète qui mérite beaucoup plus de reconnaissance. En tout cas je ne peux que vous recommander d’aller écouter ce qu’elle fait, elle vaut le détour !

Publicités

The Trials of Apollo, Tome 1: The Hidden Oracle de Rick Riordan

▬ Synopsis

Lecture VO 

« Je m’appelle Apollon. Avant, j’étais un dieu. » 

Cent dollars, un permis de conduire au nom de Lester Papadopoulos, et des boutons d’acné : c’est tout ce qu’a laissé Zeus à Apollon avant de l’envoyer sur terre (à New York, plus précisément) pour le punir. Faible et désorienté, ce dieu vieux de quatre-mille ans va devoir apprendre à survivre dans le monde moderne avant d’obtenir le pardon de Zeus. Mais Apollon a de nombreux ennemis – des dieux, des monstres et même certains mortels qui aimeraient profiter de la situation pour le détruire à jamais. S’il veut survivre, il n’y a qu’une seule solution : aller frapper à la porte de Percy Jackson et gagner la Colonie des Sang-Mêlé.


▬ Mon avis

“Zeus needed someone to blame, so of course he’d picked the handsomest, most talented, most popular god in the pantheon: me.”

Cela doit faire presque un an que j’ai lu The Heroes of Olympus, deuxième série dans l’univers de Percy Jackson, et depuis tout ce temps j’ai hésité à me lancer dans The Trials of Apollo. Pas par peur d’être déçue, mais par peur de faire une overdose de Rick Riordan (c’est le cas pour d’autres auteurs, Cassandra Clare ou Sarah J. Maas notamment).
Pourtant, il y a quelques semaines je me suis décidée: je lirai cette saga pendant mes vacances. Malheureusement, je me suis décidée à le lire au mauvais moment, puisque je suis entrée dans un panne de lecture. Résultat: il m’a fallu un bon trois semaines pour venir à bout de ce tome. Mais j’ai fini par triompher !

giphy

Six mois ont passé depuis la fin de la guerre qui opposa Gaia aux Sang-Mêlés et leurs alliés. Six mois durant lesquels Apollon a été absent pour des raisons obscures que même lui ignore. Tout ce qu’il sait, c’est qu’il se réveille brutalement un jour… alors qu’il est en train de tomber du ciel. Littéralement.
Ce n’est qu’après s’être écrasé qu’il se rend réellement compte de sa situation: il est humain. Pas de pouvoirs, le physique d’un ado de 16 ans loin de son apparence de rêve. Ce n’est pas la première fois que Zeus le transforme en mortel, et bien que cette situation ne semble pas différente des premières, elle va rapidement se révéler bien plus dangereuse et importante qu’il ne pouvait l’imaginer.

L’une des raisons pour lesquelles j’aime tant les livres de Rick Riordan est sa manière de reprendre les mythes pour qu’ils suivent l’histoire qu’il a créé, tout en les respectant.Et bien sûr je ne parle pas de l’humour toujours présent (ou presque) dans ses livres.

The Hidden Oracle n’échappe pas à la règle. Apollon étant égal à lui-même, peu importe la forme dans laquelle il se trouve, il ne manque pas de nous faire rire avec son égocentrisme et sa maladresse. J’avoue qu’en me lançant dans cette série j’avais peur de ne pas aimer son personnage, puisque j’ai tendance à ne pas supporter ce genre de comportement (à quelques exceptions près), mais ça n’a pas été le cas ! Bon, c’est vrai qu’au début j’ai eu un peu de mal, mais au plus je lisais, au plus je m’attachais à lui.
Il est bien plus profond que le dieu superficiel qu’on pensait tous qu’il était, et c’est ce que j’ai particulièrement aimé dans l’image que Rick Riordan nous donne de lui. Alors oui, il reste égoïste et narcissique, mais ça ne l’empêche pas d’être un personnage attachant et profond.

“It warmed my heart that my children had the right priorities: their skills, their images, their views on YouTube.”

J’ai adoré revoir des personnages que je connaissais déjà des séries précédentes de Rick Riordan, même si j’avoue que les voir un peu plus, et en plus grand nombre (on n’en voit malheureusement pas tant que ça…) n’aurait pas été de refus. Mais bon, cette série est centrée sur Apollon, donc c’est pas trop grave !

giphy1

Malheureusement, ce livre n’a pas été ce que j’espérais. Je ne sais pas si c’est à cause de ma panne de lecture ou si c’est vraiment le livre (je penche plutôt pour la première raison), mais j’ai eu énormément de mal à rentrer dans ma lecture.
J’ai trouvé le début très long, et j’ai été assez ennuyée en général. Et le fait qu’on bouge très peu durant le livre dans sa globalité ne m’a pas trop aidée: je suis habituée à des livres de Rick Riordan où nos personnages se retrouvent à traverser les États-Unis (voire le monde), et là ça n’a pas été le cas.

Un autre problème que j’ai eu avec ce livre est que je l’ai trouvé assez prévisible quand il s’agit des points importants de l’intrigue. J’ai eu très peu de surprises au cours de ma lecture, ce qui m’a un peu dérangée.

“Things can turn out differently, Apollo. That’s the nice thing about being human. We only have one life, but we can choose what kind of story it’s going to be.”

Malgré tout The Hidden Oracle n’a pas été une énorme déception, ma note aurait été plus basse si ça avait été le cas. Je m’attendais à mieux, certes, mais je reste confiante pour la suite qui, je suis sûre, va me surprendre.
Je ne sais pas encore quand je lirai les prochains tomes, puisque de toute façon le quatrième tome ne sortira pas avant l’année prochaine, donc j’ai le temps, mais je pense quand même les lire prochainement (tant que je suis partie dans ma lancée !)

rh2dzkxrh2dzkxrh2dzkxrh2dzkxrh2dzkx
3.75/5


▬ Infos sur le livre

    • Nombre de tomes: 5 tomes
    • Livre disponible en VF: Oui
    • Nombre de pages: 376 pages
    • Niveau d’anglais: Facile
    • Éditeur: Disney-Hyperion