The Heroes of Olympus, Tome 4: The House of Hades de Rick Riordan

Lecture VO 

Annabeth et Percy sont prisonniers dans les Enfers, côté Tartare, affrontant mille monstres. Les cinq autres demi-dieux – Jason, Piper, Hazel, Frank, Léo – enterrent leurs désaccords et s’unissent pour trouver l’entrée des Portes, côté mortels. Leur mission: sceller les Enfers et défaire les armées de Gaïa. Mais la victoire aura un prix… Percy et Annabeth resteraient enfermés dans la peu accueillante Maison d’Hadès.


“Tell the sun and stars hello for me.”

Malgré ma petite déception avec le tome précédent, je me suis empressée d’enchaîner avec le tome 4 une fois The Mark of Athena terminé. En même temps, avec un cliffhanger pareil, je ne pouvais pas m’arrêter en chemin !

L’une des premières choses que je peux vous dire est que j’ai beaucoup plus aimé ce tome ! Il s’agit même de mon préféré pour l’instant, ce qui est assez drôle puisque c’était également le cas du quatrième tome de Percy Jackson.
En parlant de Percy Jackson, on peut assez facilement trouver des similarités entre The Battle of the Labyrinth et The House of Hades, puisque l’on découvre dans chacun d’eux un ‘univers’ complètement inconnu, dangereux, mais extrêmement fascinant. Alors que dans la saga précédente on découvrait le labyrinthe de Dédale, ici on parcours les plaines de Tartare, là où les monstres, Titans, Géants et autres villains renaissent après avoir été tués dans notre monde. Bien plus qu’un simple monde, Tartare est une entité divine extrêmement puissante au pouvoir comparable à celui de Gaïa.

“She tied her blond hair back with a strip of denim torn from her pants leg, and in the fiery light of the river, her grey eyes flickered. Despite being beat-up, sooty, and dressed like a homeless person, she looked great to Percy.
So what if they were in Tartarus? So what if they stood a slim chance of surviving? He was so glad that they were together, he had the ridiculous urge to smile.”

Tombés dans ce monde mortel pour les demi-dieux, Annabeth et Percy n’ont pas d’autre choix que de traverser cet univers hostile pour espérer atteindre les Portes des Enfers. Pour cela ils pourront faire appel à des alliés pour le moins surprenants.
Même si on commence à bien les connaître après avoir suivi leurs aventures pendant huit livres, j’ai trouvé qu’ils se sont encore plus révélés dans ce tome. Outre le fait qu’ils sont clairement amoureux l’un de l’autre et qu’ils sont bien décidés à ne rien laisser les séparer à nouveau, cette épreuve leur a permis de tester leurs limites, autant individuellement que en tant que couple. On découvre un côté plus sombre à Percy qu’on avait encore jamais vu; même si pour moi c’est Tartare qui fait ressortir cet aspect de sa personnalité, je pense que c’est une facette qui a toujours été là mais qu’on avait encore jamais eu la possibilité de la voir. Pour ce qui est d’Annabeth, elle continue toujours de me surprendre avec ses idées et sa capacité de trouver un moyen de se sortir de (presque) toutes les situations. Je pense même qu’elle a réussi à rejoindre ma liste de personnages féminins préférés de tous les temps.
J’ai eu peur pour eux plus d’une fois, et je pense que même si j’ai adoré le livre entier, les passages de leur point de vue étaient mes préférés.

“Annabeth pressed her lips to Percy’s ear. “I love you.”
She wasn’t sure he could hear her—but if they died, she wanted those to be her last words.”

Ce livre marque le grand retour de Nico. Après avoir été sauvé à la fin du tome précédent, il rejoint l’équipage de l’Argo II afin de mener ses membres à la Maison d’Hadès. Son personnage m’avait tellement manqué ! Il était devenu l’un de mes chouchous dans Percy Jackson, et malheureusement pour moi on le voyait très peu dans les premiers tomes de The Heroes of Olympus. Bon, on a toujours pas droit à des chapitres de son point de vue, mais je ne perd pas espoir. On apprend de nouvelles choses sur lui, dont un secret qu’il garde depuis longtemps, et même si je le savais déjà (j’ai une manie de me faire spoil..), j’ai adoré la scène de révélation, et plus précisément la réaction de la personne qui était avec lui à ce moment-là (je garde les spoilers pour moi).

giphy

Contrairement au tome précédent où je trouvais qu’il y avait beaucoup trop de monstres, Rick Riordan a réussi à trouver la bonne dose de villains pour nous garder accrocher à notre lecture sans pour autant que ça paraisse trop. Comme toujours les menaces sont variées et plus ou moins dangereuses, mais nos héros parviennent toujours à les vaincre, même si ce n’est jamais simple. En plus des différents villains à affronter, nos héros vont devoir faire face à d’autres épreuves, la première étant de rester unis même si Percy et Annabeth ne sont plus là pour les aider, mais aussi, pour certains, apprendre à dépasser leurs limites s’ils veulent réussir.
Je pense que les personnages qui m’ont le plus surpris ici sont Leo et Frank. Leo a toujours été le villain petit canard de la bande, en tout cas c’est comme ça qu’il se sentait. Maigrichon, maladroit en présence de personnes et beaucoup plus à l’aise quand il s’agit de réparer ou construire une machine, il va se retrouver dans une position qui va l’obliger à se dépasser réellement, et ce sera également l’occasion pour nous de retrouver un personnage rencontré dans l’un des tomes de Percy Jackson. Pour ce qui est de Frank, il m’a surpris dans le sens où il a enfin accepté qui il est. Vraiment accepté. Malgré le fait qu’il soit le descendant d’une longue lignée de héros et le fils d’Arès, depuis que l’on a fait sa connaissance il doutait énormément de lui et de ses capacités, même si on l’a vu l’accepter progressivement, dans The House of Hades il accepte son héritage et devient un élément important pour l’équipe, mais surtout un leader.

“About five meters ahead, Nico was swinging his black sword with one hand, holding the scepter of Diocletian aloft with the other. He kept shouting orders at the legionnaires, but they paid him no attention.
Of course not, Frank thought. He’s Greek. […]
Jason’s face was already beaded with sweat. He kept shouting in Latin: « Form ranks! » But the dead legionnaires wouldn’t listen to him, either. […]
« Make way! » Frank shouted. To his surprise, the dead legionnaires parted for him. The closest ones turned and stared at him with blank eyes, as if waiting for further orders. « Oh, great… » Frank mumbled.”

J’ai trouvé que Jason et Piper n’évoluaient pas trop dans ce tome. Ce n’est pas nécessairement un détail qui m’a dérangé puisque les autres évoluent énormément, donc je ne vais pas non plus demander que ce soit le cas d’absolument tout le monde, mais je m’en suit néanmoins rendu compte en faisant le point sur ma lecture. Autant individuellement qu’en tant que couple, ils ne bougent pas. Même si ça ne m’a pas déplu, j’espère quand même que ça changera dans le prochain tome.

636267305114338125-2028894684_gif2012

Et puis on a Hazel qui m’a elle aussi surprise, pas autant que Leo et Franck certes, mais quand même. Elle continue d’en apprendre sur ses capacités et prend de plus en plus confiance en elle. Elle a (enfin) un rôle important dans cette quête pour battre Gaïa, et elle n’a fait que me surprendre tout au long du livre.
Le triangle Frank/Hazel/Leo a été abandonné, et heureusement ! Comme je le disais dans ma chronique de The Mark of Athena, je ne voyais pas du tout l’intérêt d’ajouter un triangle amoureux à cette saga, qui n’en a pas du tout besoin. Donc j’étais très contente de voir que ce point qui m’avait vraiment déplu avait disparu ici.

Le moins que l’on puisse dire c’est que ce livre rattrape largement ma micro déception du tome précédent. C’est même un coup de cœur pour ce quatrième tome de la saga. J’ai absolument tout aimé, entre les combats, les plot-twists, les personnages et leur évolution, l’humour toujours présent même si on sent de plus en plus la menace de Gaïa se refermer sur nos héros. Malheureusement pour moi il ne me reste qu’un seul tome à lire, et je ne me sens pas prête à terminer The Heroes of Olympus…

rh2dzkxrh2dzkxrh2dzkxrh2dzkxrh2dzkx

The Heroes of Olympus, Tome 3: The Mark of Athena de Rick Riordan

Lecture VO 

Annabeth est terrifiée. Juste au moment où elle est sur ​​le point de retrouvé Percy, après six mois de separation grâce à Héra, il semble que le Camp Jupiter se prépare à la guerre. Comme Annabeth et ses amis Jason, Piper et Leo volent à bord de l’Argo II, elle ne peut pas blâmer les demi-dieux romains pour penser que le navire est une arme grecque. Avec son dragon de bronze à la proue, la création fantastique de Léo ne semble pas sympathique. Annabeth espère que la vue de leur préteur Jason sur le pont va convaincre les Romains que les visiteurs du Camp des Sang-Mêlé viennent en paix.
Et ce n’est que l’un de ses soucis. Dans sa poche Annabeth porte un cadeau de sa mère qui est venu avec une demande énervante: « Suit la marque d’Athéna. Venge-moi. » Annabeth se sent déjà alourdi par la prophétie qui enverra sept demi-dieux dans une quête pour trouver, et fermer, les Portes de la Mort. Qu’ Athena veux d’elle?
Cepandant, la plus grande crainte Annabeth c’est que Percy pourrait avoir changé. Que faire si il est maintenant attaché aux valeurs romaines? A-t-il encore besoin de ses vieux amis? Meme si la fille de la déesse de la guerre et de la sagesse, Annabeth, sait qu’elle est née pour être un leader, ce qu’elle veut plus que jamais c’est avoir sa Cervelle d’algues à ses côtés.
Rapporté par quatre demi-dieux différents, la Marque d’Athena nous entraine dans un voyage inoubliable à travers les terres et les mers jusqu’à Rome, où d’importantes découvertes, des sacrifices étonnants, et des horreurs indicibles attendent. Montez à bord de l’Argo II, si vous l’osez. . . .


“He had no idea where the stereotype of dumb giggly blondes came from. Ever since he’d met Annabeth at the Grand Canyon last winter,when she’d marched toward him with that Give me Percy Jackson or I’ll kill you expression, Leo had thought of blondes as much too smart and much too dangerous.”

Je continue d’avancer doucement dans la saga des Héros de l’Olympe. J’essaie de ne pas trop me précipiter parce que j’ai envie de profiter de cette nouvelle aventure. J’ai mis quelques jours à lire ce tome, et pour le coup ce n’est pas seulement à cause de mon envie de prendre mon temps, mais j’avoue avoir moins aimé celui-ci. Pourtant il contenait tous les ingrédients qui font que j’aime un livre: de bons personnages, une bonne intrigue, des villains, et même un peu de romance !

what2bcould2bpossibly2bgo2bwrong

Ce tome marque officiellement le début des aventures de nos héros grecques ET romains ensemble, et le moins que l’on puisse dire est qu’elles ne seront pas de tout repos ! La déesse Gaïa est prête à tout pour empêcher une alliance entre les deux camps, quitte à déclencher une guerre.

Nos sept héros se retrouvent donc lancés dans une quête dont la destination finale est la Grèce, aussi appelé les terres anciennes, où aucun demi-dieu n’ose s’aventurer puisque les monstres y vivent en maître. Pour ne pas arranger leurs affaires, les romains les poursuivent et comptent bien les tuer avant qu’ils n’aient eu une chance de quitter le continent américain.

Après sept livres à attendre (je compte les 5 tomes de Percy Jackson), nous avons enfin droit au point de vue de Annabeth ! Vous pouvez pas savoir comme je suis contente; j’ai adoré la redécouvrir, puisque jusqu’à maintenant on ne pouvait la voir qu’à travers les yeux de Percy et de leurs amis. Et c’est comme ça que l’on se rend compte que même si elle fait de son mieux pour paraître sûre d’elle, elle doute énormément et a toujours peur de ne pas être digne de sa mère. J’ai beaucoup aimé cette part d’elle qui casse l’image parfaite qu’on se fait d’elle depuis qu’on la connaît.

“She felt like nobody took her seriously as a blonde. She had to work twice as hard to get recognition as a strategist, an architect, a senior counselor―anything that had to do with brains.”

Ma plus grande peur en commençant ce tome était de me mélanger les pinceaux entre les dieux grecques et les dieux romains: maintenant que l’équipe des 7 demi-dieux est officiellement formée les deux sont beaucoup plus utilisés et ça peut sembler difficile de s’y retrouver; mais Rick Riordan trouve toujours un moyen pour spécifier qui est qui comme il faut sans pour autant qu’on ait l’impression de lire des explications tout droit sorties d’un manuel scolaire, et c’est ce que j’aime le plus dans ses livres.
Ça fait tellement de bien de voir tous nos héros réunis. J’ai appris à les aimer séparément ainsi qu’avec leur camp respectif, mais c’était encore mieux de les voir tous ensemble et cohabiter alors que tout pensait à croire que ce serait difficile. Bien sûr ce n’était pas facile non plus puisqu’ils ont des styles de vie assez différents, mais ils sont parvenus à mettre le tout de côté et à se serrer les coudes (de toute façon ils n’ont pas vraiment le choix s’ils veulent battre Gaïa).

Maintenant, comme je l’ai dit au début de cette chronique, j’ai moins aimé ce tome, c’est même celui que j’ai le moins apprécié jusqu’à maintenant. Je vous avoue que sur le coup je ne savais pas trop pourquoi, mais en y réfléchissant je me suis rendue compte qu’il y avait pas mal de petits détails qui m’avaient un peu dérangé..

lets-get-down-to-business-mulan-meme

Pour commencer, ce tome reprend exactement là où The Son of Neptune terminait. En soit ce n’est pas ça qui m’a dérangé, mais plutôt le fait qu’on ait pas vraiment d’informations sur ce qu’il s’est passé au camp des Sang-Mêlés pendant ce temps, puisqu’il ne sont pas restés les bras croisés. On sait juste que Leo et les membres de sa cabine ont construit l’Argo II, mais c’est tout.. Pourtant les personnages ont évolués, leurs relations aussi, du coup j’étais un peu perdue…
Mon deuxième problème était la quasi omniprésence de monstres. Je comprend bien que la mer Méditerranée est remplie de monstres et autres villains puisque aucun demi-dieu ne s’y est jamais rendu depuis des siècles, et je suis même le genre de personne à demander de l’action dans ses lectures, mais au bout d’un moment j’ai fini par m’en lasser. Je suis même arrivée à un point où l’apparition d’un ennemi ne me surprenait plus, j’étais plutôt blasée
Un autre problème que j’ai eu avec ce livre était le ‘pseudo triangle’ amoureux Leo/Hazel/Frank. J’ai juste pas du tout compris pourquoi l’auteur a voulu l’ajouter à l’intrigue, surtout que c’est complètement inutile, et ça m’a fait roulé des yeux plusieurs fois. Je cherche encore à comprendre la raison d’ailleurs..

Néanmoins j’ai beaucoup aimé ma lecture quand même. Il y avait beaucoup de moments qui m’ont fait bien rire et malgré ces monstres qui deviennent plus ennuyeux qu’autres chose, j’ai été énormément surprise au cours de ma lecture.

“Save yourselves!” Percy warned. “It is too late for us!”
Then he gasped and pointed to the spot where Frank was hiding. “Oh, no! Frank is turning into a crazy dolphin!”
Nothing happened.
“I said,” Percy repeated, “Frank is turning into a crazy dolphin!”
Frank stumbled out of nowhere, making a big show of grabbing his throat. “Oh, no,” he said, like he was reading from a teleprompter. “I am turning into a crazy dolphin.”
He began to change, his nose elongating into a snout, his skin becoming sleek and gray. He fell to the deck as a dolphin, his tail thumping against the boards.
The pirate crew disbanded in terror.”

J’ai beaucoup aimé le fait que l’on suive non pas une quête mais deux. En plus d’aller dans les anciennes terres pour arrêter Gaïa, ils doivent, ou plutôt Annabeth seule doit, retrouver une ancienne statue perdue depuis des siècles qui pourrait leur permettre de battre Gaïa et mettre fin à la tension entre les grecques et les romains. J’ai beaucoup aimé cette quête, qui me rappelait notamment celle de Grover dans les Percy Jackson lorsqu’il était à la recherche de Pan.
La fin de ce livre m’a complètement détruite. Oui parce qu’il faut que je parle de ce cliff-hanger qui fait très mal. Heureusement pour moi, tous les tomes de la saga sont déjà sortis donc je peux me jeter sur la suite tout de suite, mais honnêtement, j’ai mal pour ceux qui ont dû attendre entre les deux tomes. Vous avez tout mon respect.

Globalement ça a donc été (encore une fois) une bonne lecture, même si je m’attendais quand même à mieux et que pas mal de petits détails m’ont dérangés. J’ai hâte de voir la suite des aventures de nos héros, mais en même temps je vais essayer de pas trop me précipiter (quitte à lire d’autres livres entre deux).

rh2dzkxrh2dzkxrh2dzkxrh2dzkx00