Everything, Everything de Nicola Yoon

376.pngLecture VO

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors.

Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois.

Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.


Ça fait plusieurs semaines que j’enchaîne les lectures chargées en émotions et en intrigue, et j’avais vraiment besoin de lire quelque chose de plus léger. Et quoi de mieux que d’enfin sortir Everything, Everything de ma PAL ? Il me fait de l’œil depuis quelques temps déjà, encore plus depuis que la bande annonce du film est sortie, donc je voulais vraiment le lire. Et je pense que c’était la lecture qu’il me fallait, une lecture pas prise de tête et mignonne comme tout.

If my life were a book and you read it backward, nothing would change. Today is the same as yesterday. Tomorrow will be the same as today… All the chapters are the same.

Madeline est une fille très forte et adorable au possible. Enfermée depuis des années chez elle à cause de sa maladie, elle ne la laisse pas pour autant la laisser la détruire, bien que ses journées se ressemblent toutes: cours à distance, lecture de livres qu’elle connaît déjà pour certains, surveillance constante de sa santé, etc.. C’est une routine assez lourde, et je la respecte vraiment pour ne pas perdre la tête après des années dans cette situation. Mais tout ça va changer quand de nouveaux voisins vont emménager à côté de chez elle.

tumblr_olhq76a1bo1s10hxpo2_r1_540

Oui, dit comme ça on croit voir le cliché parfait de l’histoire d’amour vouée à l’échec arriver, mais non !
Olly et sa famille emménagent à côté de chez Madeline. Avec un père alcoolique et violent, sa vie n’est pas simple, et il est rapidement intrigué par Madeline, curieux de savoir pourquoi elle ne quitte jamais les murs de sa maison. J’ai beaucoup aimé le personnage de Olly, même si on ne le voit qu’à travers les yeux de Madeline. Il est incroyablement gentil et drôle. Je pense malgré tout que j’aurai aimé voir son personnage un peu plus approfondi et en découvrir un peu plus sur lui, même si son histoire est vraiment bien, j’attendais un peu plus.

Commence alors une correspondance par messages nocturnes durant laquelle ils apprennent à se connaître. Ne pouvant pas se voir autrement qu’à travers la fenêtre, leurs échanges vont durer pendant quelques temps… Jusqu’au jour où l’infirmière de Madeline les laisse passer 30 minutes ensemble, en gardant bien leurs distance.
À partir de ce moment, Madeline va se retrouver à demander plus, à vouloir vivre plutôt que de se contenter d’exister, et j’ai trouvé ce message très beau et très bien illustré dans Everything, Everything.

Everything’s a risk. Not doing anything is a risk. It’s up to you.

J’ai trouvé l’histoire vraiment très belle et très touchante, bien que ce ne soit pas du tout ce que j’ai l’habitude de lire. Bien plus que l’histoire d’amour entre une fille malade et un nouvel arrivant à côté de chez elle, Everything, Everything nous rappelle que nous sommes tous les maîtres de notre vie et qu’il ne tient qu’à nous de la prendre en main et de réaliser nos rêves.

tumblr_olex2barkm1soqdfuo3_500

La plume de l’auteur est incroyablement fluide et simple, et les chapitres relativement cours, rendant le livre très rapide à lire. Les quelques illustrations et documents apparaissant au cours de notre lecture nous plongent un peu plus dans la vie de Madeline, et rendent l’histoire encore plus agréable à lire.
J’avais vu la fin venir, en tout cas en partie; et même si je l’ai assez rapidement deviné, j’ai vraiment aimé comment Nicola concluait son livre après avoir laissé des indices un peu partout.

Globalement ce livre a été une lecture rapide et addictive, mais ce n’est pas non plus un coup de cœur. C’est le genre de lecture dont j’avais besoin, quelque chose de simple et sans prise de tête. Ayant vu la bande annonce du film peu de temps avant de le lire, je connaissais déjà de gros points importants, mais ça n’a pas pour autant gâcher ma lecture.
Si, comme moi, vous cherchez une lecture rapide entre deux livres, je vous conseille vraiment de lire Everything, Everything ! Maintenant plus qu’à attendre le mois de juin pour la sortie du film.

rh2dzkxrh2dzkxrh2dzkxrh2dzkx00

Publicités

4 réflexions sur “Everything, Everything de Nicola Yoon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s