Strange the Dreamer, Tome 1 de Laini Taylor

Lecture VO 

The dream chooses the dreamer, not the other way around—and Lazlo Strange, war orphan and junior librarian, has always feared that his dream chose poorly. Since he was five years old he’s been obsessed with the mythic lost city of Weep, but it would take someone bolder than he to cross half the world in search of it. Then a stunning opportunity presents itself, in the person of a hero called the Godslayer and a band of legendary warriors, and he has to seize his chance or lose his dream forever.

What happened in Weep two hundred years ago to cut it off from the rest of the world? What exactly did the Godslayer slay that went by the name of god? And what is the mysterious problem he now seeks help in solving?

The answers await in Weep, but so do more mysteries—including the blue-skinned goddess who appears in Lazlo’s dreams. How did he dream her before he knew she existed? And if all the gods are dead, why does she seem so real?
Welcome to Weep.


“It was impossible, of course. But when did that ever stop any dreamer from dreaming.”

Je pense que Strange the Dreamer est l’un des livres dont j’ai le plus entendu parler depuis le début de cette année. Premier roman de la nouvelle série de Laini Taylor, il semblait être très attendu par beaucoup… Mais moi je n’ai découvert ce livre qu’à sa sortie.
Ça fait d’ailleurs un petit temps que j’entend parler de cette auteure, j’ai quelques amis qui ont notamment lu sa trilogie Daughter of Smoke and Bone qu’ils ont adoré, du coup je me suis décidée à tenter ma chance avec Laini Taylor, en commençant par sa nouvelle série.

Lazlo Strange est ce qu’on pourrait qualifier un rêveur, au sens littéral du terme, ce qui lui vaut d’ailleurs le surnom de ‘Strange the Dreamer’ qui donnera son nom à la série. Orphelin depuis la naissance, il a grandi dans un monastère où seul les histoires sur la ville disparue de Weep et ses légendes lui permettent de tenir bon, pour finalement trouver sa place dans la grande bibliothèque de Zozma, où il entreprend des recherches pour comprendre ce qui est arrivée à la ville disparue à côté de ses devoirs de libraire.
Jusqu’au jour où Eril-Fane, surnommé Godslayer par son peuple, arrive tout droit de Weep à la recherche de personnes afin de régler le problème qui pèse sur la ville depuis 15 ans, et avec lui les réponses aux questions de Lazlo. Contre toute attente, Lazlo parvient à gagner sa place aux côtés du groupe du Godslayer, et réalise ainsi son rêve: découvrir la ville de Weep et ses secrets. Tous ses secrets.

jdmprrp

J’ai beaucoup aimé le personnage de Lazlo, et ce depuis le tout début, même si je n’irai pas jusqu’à dire que je me suis énormément attachée à lui. Son amour fou pour les livres a été l’un des points dans lesquels je me suis le plus retrouvée chez lui, et son côté rêveur m’a vraiment intriguée. Son côté passif et altruiste m’a un peu énervé par moments, notamment quand il s’agissait de Thyon Nero, qui ne méritait pas la gentillesse de Lazlo d’après moi. Bien qu’on le destine depuis toujours à n’être qu’un personnage de second plan, dont le seul but dans la vie sera d’aider ceux dont on se souviendra le nom des siècles plus tard, on se rend rapidement compte que sa légende à lui est en train d’être écrite, et j’ai beaucoup aimé cette évolution dans son personnage, même si lui ne s’en rend pas compte.

“He read while he walked. He read while he ate. The other librarians suspected he somehow read while he slept, or perhaps didn’t sleep at all.”

Je me suis par contre énormément attachée à Sarai, bien plus qu’à Lazlo en tout cas. Elle est une jeune fille qui a eu le malheur de naître enfant de déesse. Les habitants de Weep ne savent rien de son existence et de celle des ses frère et sœurs, car si c’était le cas ils ne verraient en eux que de futurs dieu qui le replongerai dans l’enfer qu’ils ont vécus sous le règne de leurs parents. Comme tout ‘godspawn’, Sarai a un don, bien que le sien soit un peu particulier: elle est capable de « cracher » des mites et d’ainsi survoler Weep, mais aussi grâce à eux de rentrer dans les rêves de ses habitants et de les manipuler. Pendant toute sa vie dans la citadelle au-dessus de la ville, elle a suivit les ordres de sa sœur Minya aveuglément, mais tout ce que Sarai demande maintenant c’est de ne plus avoir à inspirer la crainte de la citadelle dans les rêves des habitants de Weep.

Moi qui pensait, au tout début du livre, que j’allais aimer le personnage de Minya, je me suis bien trompée ! Malgré le fait qu’elle soit coincée depuis 15 ans dans le corps d’une petite fille de 6 ans, Minya s’est révélée être un véritable tyran par la suite, et on aurait beaucoup de mal à s’imaginer qu’en face de nous soit une gamine. De plus, son don pour ‘capturer’ les fantômes est assez flippant. Son personnage a été pas mal développé, tout comme celui de Sarai, et j’ai trouvé ça dommage que ce ne soit pas le cas de Sparrow, Feral et Ruby, qui ont certes eu quelques points de vues, mais j’ai eu l’impression qu’on les laissait de côté.

84bb4bda38c6a8c0f1a95c4aef682d02

A l’image de la quasi-totalité du livre, j’ai été très surprise par la ‘rencontre’ entre Sarai et Lazlo. Je me doutais un peu qu’il allait se passer quelque chose entre eux, mais restais à savoir comment. Je les ai trouvé adorable ensembles, même si j’ai trouvé certaines choses dans leur relation un peu précipitées.

J’ai eu un peu de mal à rentrer dans le livre, principalement à cause du style particulier de l’auteure, mais une fois habituée à sa plume j’ai apprécié chaque chapitre, même si je m’attendais à aimer bien plus que ça après avoir lu tous ces avis très positifs sur Strange the Dreamer.
J’ai été fascinée par l’univers que Laini Taylor a mis en place. Il est complet et complexe, effrayant mais intriguant en même temps, et il fait rêver.

“The dream chooses the dreamer, not the other way around.”

Maintenant, même si j’ai adoré ma lecture malgré le début un peu difficile, ce n’est malheureusement pas un coup de coeur. Pourquoi ? La romance m’a gênée. Ça avait plutôt bien commencé, il y avait une bonne balance entre la romance et l’intrigue principale, à savoir la résolution du problème qu’est la citadelle pour la ville de Weep, mais au bout d’un moment j’ai trouvé que ça prenait le dessus sur le reste, et j’ai trouvé ça dommage parce que ce livre n’a pas besoin d’une romance aussi importante pour être bien.
Mon autre problème a été la fin du livre, ou du moins une partie. Arrivé un certain point du livre c’est évident ce qu’est Lazlo, et ainsi c’est assez facile de deviner comment tout ça va se terminer, et j’ai été un peu déçue que ce soit si simple à comprendre alors que le reste du livre est une succession de surprises…

J’ai vraiment beaucoup aimé Strange the Dreamer, mais je pense avoir mis la barre trop haute pour avoir un coup de cœur. C’est définitivement une lecture prenante, et l’attente pour le deuxième tome va être assez dur vu la fin de ce tome.. Vivement l’année prochaine !

rh2dzkxrh2dzkxrh2dzkxrh2dzkx00


▬ Infos sur le livre

  • Nombre de tomes: 2 tomes
  • Livre disponible en VF: Non
  • Nombre de pages: 554 pages
  • Niveau d’anglais: Niveau assez difficile
Publicités

Une réflexion sur “Strange the Dreamer, Tome 1 de Laini Taylor

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s