The Greatest Showman: Un film grandiose mais…

The Greatest Showman était l’un des films que j’attendais avec le plus d’impatience cette année. J’ai commencé à écouter la bande originale début décembre, et je suis rapidement devenue accro. Alors forcément, il fallait que je le vois au plus vite. Et bien spoiler alert: ce film est génial ! (malgré quelques détails qui m’ont un peu gênée)

Synopsis: The Greatest Showman célèbre la naissance du show-business et l’émerveillement que l’on éprouve lorsque les rêves deviennent réalité. Inspirée par l’ambition et l’imagination de P.T Barnum, voici l’histoire d’un visionnaire parti de rien qui a créé un spectacle devenu un phénomène planétaire.

Pour avoir vu les différentes bandes annonces sorties ces derniers mois plusieurs fois (beaucoup trop de fois d’ailleurs), je savais déjà que ce film allait en jeter. Et en effet, The Greatest Showman était une pure merveille ! Visuellement parlant, je crois que c’était l’un des plus beaux films que j’ai jamais vu. Les costumes, les décors, les danses, les chansons: tout était génial. Connaissant déjà par cœur les chansons, j’avoue qu’il était très dur de ne pas chanter dans la salle (j’ai d’ailleurs un peu poussé la chansonnette, mais pas trop fort hein, j’allais pas gêner les autres ahah).

Outre la bande annonce et les chansons, une des autres raisons pour lesquelles j’avais particulièrement hâte de voir The Greatest Showman: le casting. Hugh Jackman, Zac Efron, Zendaya: c’est bon, je suis vendue. Ce sont des acteurs que j’adore individuellement, et de les voir réunis m’a donné encore plus envie de voir le film (et puis on va pas se mentir, revoir Zac Efron dans une comédie musicale ça fait du bien) (oui, parce que je suis pas très fan des derniers films qu’il a fait..)

Bref, parlons de l’intrigue du film quand même. The Greatest Showman suit donc l’histoire de P.T. Barnum, pour qui on doit les cirques et freak shows aujourd’hui. Habitué à vivre dans la misère et dans l’ombre depuis son plus jeune âge, avec un père tailleur dont le travail n’a jamais été reconnu à sa juste valeur, Barnum décide de créer un lieu où les gens habituellement oubliés et mis à l’écart seront mis à l’honneur, lieu qu’il appellera « Barnum’s Circus ».

Maintenant, même si j’ai vraiment adoré ce film et que j’ai passé un excellent moment en le regardant (et qu’il était pas très loin du coup de cœur), il y a eu quelques détails qui m’ont un peu dérangé (bah oui, ce serait trop beau sinon):

  • Pour commencer, j’ai trouvé que par moments l’intrigue s’effaçait un peu trop au profit des chansons. La plupart de ces scènes en mettait plein les yeux avec leurs chorégraphies magnifiques et les costumes tout aussi somptueux, et même si ça ne faisait pas non plus « trop », j’avais l’impression que l’histoire et les personnages n’étaient pas assez poussés à cause de ça. C’est pas non plus ce qu’il y a de plus gênant, mais c’est quelque chose que j’ai quand même remarqué.
  • Autre chose qui m’a vraiment dérangé: le fait qu’ils aient « romantiser » Barnum. Parce que oui, c’est bien beau de dire ‘Barnum est l’inventeur du cirque’, ‘il a réuni des exclus de la société et les a mis sous les projecteurs’, etc… mais il faut voir les choses en face: il est un homme blanc, ne se considère ‘différent’ que parce qu’il a une façon soit-disant différente de voir les choses mais quand on le croise dans la rue il est tout à fait normal. Il décide d’utiliser des gens qualifiés de ‘différents’, monte un show, fait tout foirer, mais est quand même pardonné à la fin.. Mouais, je suis pas convaincue.
    Alors oui, le film prône la diversité, et This Is Me est un magnifique appel à la diversité ainsi que l’acceptation de la différence, mais il faut aussi voir à quel point le personnage de Barnum est problématique.
    Ils effleurent très rapidement la sujet (c’est d’ailleurs ce qui amène la chanson This Is Me dans le film), mais c’est bien rapidement oublié et pardonné..

tumblr_p2iibwmyrn1wsyu3fo1_500

  • J’ai aussi trouvé dommage qu’ils ne développent pas plus la relation entre Anne (jouée par Zendaya) et Philip (joué par Zac Efron). L’histoire étant malheureusement principalement centrée sur Barnum, on a pas l’occasion de voir plus que ça leur relation évoluer. À la limite c’est pas forcément ce qui m’a le plus dérangé, après tout leur histoire n’est pas le centre de l’intrigue. Ce qui m’a vraiment dérangé c’est qu’ils n’expliquent pas explicitement les raisons pour lesquels leur relation était considérée comme tabou à l’époque: pas parce que Anne est trapéziste, mais à cause de sa couleur de peau. En effet, Anne étant métisse et Philip blanc, c’était pas très bien vu, et malheureusement c’est pas quelque chose qu’ils disent de manière claire dans le film. Les acteurs en parlent dans les interviews, mais j’aurais aimer que ce soit aussi le cas dans le film.
  • Et enfin: le film était trop court à mon goût. 1h44 c’est court pour un film de nos jours, surtout quand on voit que la plupart font au minimum 2h. Ainsi j’ai eu l’impression par moments que certains passages étaient un peu bâclés, ou trop rapides en tout cas. Je pense qu’au moins 20 minutes en plus de film auraient permis de développer un peu plus certains passages et/ou personnages.

8b9012fc566ddc69dfbd2683a583a2c9

↑ Ce gif représente parfaitement mon état d’esprit en voyant tous ces petits détails qui m’ont dérangée alors que je pensais avoir un coup de cœur pour ce film ahah

Alors je sais qu’on a l’impression que j’ai été énormément déçue par ce film, mais pas du tout ! J’ai adoré ce film, et j’ai passé un très bon moment. Je m’attendais juste à un peu plus, je l’avoue. J’avais déjà lu certains avis pas forcément positifs dessus, mais c’est toujours bien de faire son propre avis.

Malgré tout, je suis sûre de le revoir quand il sortira en DVD/streaming, parce que même si tout n’était pas parfait, j’ai envie de le revoir encore et encore.

rh2dzkxrh2dzkxrh2dzkxrh2dzkxrh2dzkx
3.75/5


▬ Infos sur le film

    • Titre: The Greatest Showman
    • Réalisateur: Michael Gracey
    • Distribution: Twentieth Century Fox France
    • Acteurs: Hugh Jackman, Zac Efron, Zendaya, Michelle Williams…
    • Nationalité: Américain
    • Date de sortie: 24 janvier 2018
    • Genre: Drame, Comédie Musicale
    • Format: 1h 44min

 

Publicités

Les films de février

En ce dernier mercredi (et ce dernier jour) du mois de janvier, je pense qu’il est temps de s’intéresser aux films qui sortiront en février. J’en ai repéré un petit paquet, en tout cas bien plus qu’en janvier. Je crois que c’est ce qu’il se passe quand on passe plusieurs heures à regarder des bandes annonces de films sur YouTube ahah ! Beaucoup sont d’ailleurs déjà sortis aux États-Unis, quelle injustice…


Le Labyrinthe : Le Remède Mortel, au cinéma le 7 février

Dans ce dernier volet de l’épopée LE LABYRINTHE, Thomas et les Blocards s’engagent dans une ultime mission, plus dangereuse que jamais. Afin de sauver leurs amis, ils devront pénétrer dans la légendaire et sinueuse Dernière Ville contrôlée par la terrible organisation WICKED. Une cité qui pourrait s’avérer être le plus redoutable des labyrinthes. Seuls les Blocards qui parviendront à en sortir vivants auront une chance d’obtenir les réponses tant recherchées depuis leur réveil au cœur du Labyrinthe.

Stronger, au cinéma le 7 février

En ce 15 avril 2013, Jeff Bauman est venu encourager Erin qui court le marathon : il espère bien reconquérir celle qui fut sa petite amie. Il l’attend près de la ligne d’arrivée quand une bombe explose. Il va perdre ses deux jambes dans l’attentat. Il va alors devoir endurer des mois de lutte pour espérer une guérison physique, psychologique et émotionnelle.

Black Panther, au cinéma le 14 février

Après les événements qui se sont déroulés dans Captain America : Civil War, T’Challa revient chez lui prendre sa place sur le trône du Wakanda, une nation africaine technologiquement très avancée. Mais lorsqu’un vieil ennemi resurgit, le courage de T’Challa est mis à rude épreuve, aussi bien en tant que souverain qu’en tant que Black Panther. Il se retrouve entraîné dans un conflit qui menace non seulement le destin du Wakanda, mais celui du monde entier…

La Forme de l’Eau, au cinéma le 21 février

Modeste employée d’un laboratoire gouvernemental ultrasecret, Elisa mène une existence morne et solitaire, d’autant plus isolée qu’elle est muette. Sa vie bascule à jamais lorsqu’elle et sa collègue Zelda découvrent une expérience encore plus secrète que les autres…

Moi, Tonya, au cinéma le 21 février

En 1994, le milieu sportif est bouleversé en apprenant que Nancy Kerrigan, jeune patineuse artistique promise à un brillant avenir, est sauvagement attaquée. Plus choquant encore, la championne Tonya Harding et ses proches sont soupçonnés d’avoir planifié et mis à exécution l’agression…

Call Me By Your Name, au cinéma le 28 février

Été 1983. Elio Perlman, 17 ans, passe ses vacances dans la villa du XVIIe siècle que possède sa famille en Italie, à jouer de la musique classique, à lire et à flirter avec son amie Marzia. Son père, éminent professeur spécialiste de la culture gréco-romaine, et sa mère, traductrice, lui ont donné une excellente éducation, et il est proche de ses parents. Sa sophistication et ses talents intellectuels font d’Elio un jeune homme mûr pour son âge, mais il conserve aussi une certaine innocence, en particulier pour ce qui touche à l’amour. Un jour, Oliver, un séduisant Américain qui prépare son doctorat, vient travailler auprès du père d’Elio. Elio et Oliver vont bientôt découvrir l’éveil du désir, au cours d’un été ensoleillé dans la campagne italienne qui changera leur vie à jamais.

Lady Bird, au cinéma le 28 février

Christine « Lady Bird » McPherson se bat désespérément pour ne pas ressembler à sa mère, aimante mais butée et au fort caractère, qui travaille sans relâche en tant qu’infirmière pour garder sa famille à flot après que le père de Lady Bird a perdu son emploi.


Et vous, quels films voulez-vous voir en février ?