The Ones, Tome 1 de Daniel Sweren-Becker

373Lecture VF

Cody a toujours été fière d’appartenir aux Ones. Son petit ami, James, et elle font partie du 1% de chanceux sélectionnés à la naissance par le gouvernement pour être modifiés génétiquement. Aujourd’hui, les Ones excellent en tout : ils sont beaux, talentueux, intelligents, sportifs… Mais pour certains, c’est une injustice. Et le mouvement Equality profite allègrement de la jalousie et de la peur montante au sein de la société, pour gagner des voix et imposer son parti. Le gouvernement américain montre alors sa face la plus sombre et les Ones deviennent illégaux. Alors que la frontière entre bien et mal se brouille, Cody rejoint un groupe de radicaux qui ont bien l’intention de préparer la révolte. Et James commence à se demander jusqu’où elle pourrait se battre…


Cela faisait quelques mois que ce livre traînait dans ma bibliothèque, et malgré les quelques avis mitigés que j’ai pu lire dessus, j’ai décidé de lui laisser sa chance.
Avec un résumé aussi accrocheur et des sujets qui sont plus d’actualité que jamais, The Ones avait énormément de potentiel, mais malheureusement ça ne suffit pas toujours.

635998767284352420145888119_large

Ma lecture a plutôt bien commencé. L’histoire s’est rapidement mise en place pendant les premiers chapitres. Le monde imaginé par l’auteur n’est pas très différent du notre, la seule différence étant l’expérience scientifique qui a été réalisée sur 1% de la population, les rendant parfaits physiquement et intellectuellement. Ils sont donc supérieurs, mais le fait qu’ils soient une minorité les rend également vulnérables et la cible de jalousie et peur déguisés en révolte. C’est donc ainsi qu’est né le mouvement Equality.
Le livre débute sur la première grande victoire de ce mouvement: une loi vient d’être passée obligeant le gouvernement à traiter tout le monde équitablement, Ones ou non. En tout cas officiellement. On se doute bien qu’en réalité ça ne va pas se passer comme ça. Tous les Ones vont se retrouver en second plan, perdre leur place durement gagnée, et même être humiliés publiquement !
Face à ce mouvement de haine, un groupe de radicaux va se former et se battre pour faire valoir les droits des Ones: les Néo-Weathermen. Et c’est là que ça a commencé à se gâter pour moi. Bien que le principe en lui même soit vraiment intéressant, je n’ai vraiment pas du tout accroché avec ce groupe, beaucoup trop engagé et violent pour moi.

« C’était un fanatique, et même si James partageait son opinion dans les grandes lignes, Kai était devenu un dingue délirant et violent »

Tout comme James, j’étais d’accord avec la plupart des idées que défendaient les Néo-Weathermen, mais j’ai eu un blocage avec leur manière de répondre aux violences qui leur sont faites. Je pense qu’il y a d’autres moyens de répliquer qui n’implique pas une attaque terroriste, c’est juste mon opinion.

Aussi, je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, que j’ai trouvé étrangement fades et vides. Ils font exactement ce qu’on s’attend qu’ils fassent, que ce soit Cody ou James, et ça m’a assez énervé. Les personnages sont très peu développés, et j’ai eu plus l’impression qu’ils étaient là uniquement pour suivre l’intrigue, qu’à côté de cette révolte ils n’étaient rien. Certes on les voit au lycée pendant une partie du livre, mais pour moi ce n’était pas assez. On aurait pu avoir des marionettes, ça n’aurait fait aucune différence d’après moi.
De plus, pendant la quasi totalité du livre James ne sait pas quel camp choisir, allant jusqu’à changer de bord plusieurs fois. Son point de vue quant au mouvement des radicaux se rapproche énormément du mien, ce qui fait que je me suis sentie un peu plus proche de lui que les autres personnages, mais pas encore assez pour vraiment m’attacher à lui.
Il arrive pas mal de choses aux personnages, ils sont blessés, et certains même détruits psychologiquement, mais même à ces moments-là je n’ai rien ressenti pour eux, c’est pour dire…

« Tu es toujours assez forte pour tenir un jour de plus. »

L’intrigue en elle-même était pas mal. L’auteur défend de bonnes idées comme l’égalité et la manière dont nous voyons les minorités de nos jours, et imagine également un monde où l’on serait capable de modifier génétiquement les gens de façon à les rendre parfaits, sujet qui a déjà été vu et revu, mais ce n’est pas le plus important ici, plutôt les conséquences suite à une telle expérience.
Il y a eu quelques retournements de situations qui m’ont surpris, notamment un concernant Cody, mais la plupart du temps je voyais venir les événements qui, à l’image des personnages, étaient prévisibles.

Je n’ai pas non plus été convaincue par la plume de l’auteur. Certes très fluide et simple, il m’a manqué quelque chose pour vraiment rentrer dans ma lecture. Les descriptions étaient très incomplètes, si bien que j’ai eu beaucoup de mal à me représenter la ville dans laquelle vivent nos personnages, ainsi que les personnages eux-mêmes. Je ne suis pas contre un auteur qui nous laisse une certaine liberté dans notre imagination, mais là c’était comme si on nous lâchait complètement la bride..

Enfin mon dernier gros problème avec ce livre était la traduction

trrfd

C’est la première fois que je lis un livre publié chez Hugo Roman, et pour être honnête j’ai très peur de recommencer l’expérience. J’ai trouvé beaucoup de phrases très mal traduites un peu partout dans le livre, certaines étaient au mauvais temps, d’autres ne voulaient absolument rien dire:

« Si quelqu’un aurait eu besoin d’un petit coup de pouce génétique, c’était bien ce dégénéré. »
→ On ne vous a jamais appris que les ‘si’ n’aiment pas les ‘-rait’ ?
« Cody resta assise silencieusement, à contempler par la vitre, perdu dans ses pensées. »

→ Contempler quoi, je ne sais pas..
« À présent, James contemplait un cercueil vide. […] Il l’écrasa autant que si un cadavre s’était trouvé à l’intérieur. »
→ Mauvais temps..

Et bien d’autres ! Ce que je trouve vraiment dommage, surtout qu’une fois la première erreur aperçue j’ai fait une fixette dessus, et j’ai relevé tout ce qui n’allait pas. Je pense que mes cours de traduction me montent à la tête, mais quand même à ce point…

Au final je suis vraiment très mitigée. Bien qu’ayant de bonnes idées et une bonne base pour l’intrigue, et bien que je l’ai lu assez rapidement, je n’ai juste pas été convaincue, et c’est pas faute d’avoir essayé.. Je ne lirai probablement pas le prochain tome (ou alors en VO). C’est donc un 2,5/5 pour moi.

rh2dzkxrh2dzkxrh2dzkxrh2dzkx00

Publicités

Une réflexion sur “The Ones, Tome 1 de Daniel Sweren-Becker

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s