La Guerre du Lotus, tome 1: Stormdancer

236Lecture VF

On disait éteinte la race des griffons, ces créatures mythiques menées par les danseurs d’orage. Pourtant, Yukiko et son père reçoivent l’ordre d’en capturer un pour le cruel shogun des îles de Shima. Contre toute attente, ils y parviennent, mais Yukiko se retrouve perdue dans une forêt sauvage, avec pour seule compagnie un griffon mutilé qu’elle nomme Buruu.
Unis dans l’adversité, la jeune fille et l’animal s’entraident. Yukiko serait-elle la véritable danseuse d’orage, ultime espoir du peuple ?


Mon dieu ! Ça faisait tellement longtemps que je n’avais pas lu en français… Depuis le mois d’août en fait. Mais bon, c’est bien parce que je le trouvais pas en anglais (faut que je cherche plus). Bref, assez parlé de ma vie, voilà mon avis sur Stormdancer !
Si vous aimez les histoires inspiré de la culture japonaise, les combats sanglants et les animaux mythiques et autres légendes, ce livre est fait pour vous ! (N’oublions pas les bateaux volants, les katana-tronçonneuse ni l’univers steampunk !)

“Just because you’re standing in a crowd doesn’t mean you belong there.”

samurai_sword_spin

L’histoire se passe à Shima, archipel sous la tyrannie d’un shogun, dont la culture rappelle énormément celle du Japon. On suit l’histoire de Yukiko, fille du Renard Noir ou grand chasseur au service du shogun. Après avoir rêvé de chevaucher un Arashitora, celui-ci les charge de lui en ramener un, bien que la race soit supposée être éteinte.

J’ai beaucoup entendu parlé de Jay Kristoff et de ses livres, notamment grâce à Illuminae, mais j’attendais de voir son travail en solo, puisque The Illuminae Files se fait en collaboration avec un autre auteur. J’avoue que j’ai eu un peu de mal à rentrer dans le livre, notamment parce que beaucoup de vocabulaire inconnu (et japonais !) est utilisé, mais aussi un peu à cause de la plume de l’auteur. Jay Kristoff a une plume magnifique, et surtout tendance à décrire les paysages et lieux dans lesquels se trouvent nos héros, ce qui rend le début un peu difficile: c’est un peu dur de garder la tête dans la lecture quand il y a peu d’action et beaucoup de description, et encore plus lorsque c’est le début du livre. Néanmoins j’ai tenu bon, et l’arrivée du griffon m’a permis de retrouver un peu d’intérêt pour le livre. Je crois que j’ai vraiment commencer à rentrer dans le livre aux alentours de 20%, et je peux comprendre que certains n’adhèrent pas trop au style de l’auteur, mais personnellement, une fois habituée, ça ne m’a plus posé de problème.

Yukiko est une jeune fille de 16 ans appartenant au clan des Kitsune. Elle possède un don très rare, mais qui peut également lui causé sa perte si il vient à être découvert: elle a le Sçavoir, qui lui permet de créer une sorte de lien télépathique avec les animaux, donc de leur parler et de savoir ce qu’ils ressentent. Elle est également le genre de personnage que j’aime par dessus tout: badass, intelligente et courageuse. Mieux vaut ne pas en faire son ennemi !

stormdancer_quote

 La première partie du livre nous permet principalement de mettre en place le monde de Yukiko: son shogun, le système des clans, la Guilde, le lotus rouge etc… Cette partie constitue également le voyage de notre héroïne vers les montagnes Iishi, à la recherche du griffon.
Bien sûr on se doute que tout ne va pas se passer comme prévu, et peu de temps après avoir capturé l’animal, un orage détruit le bateau volant et éparpille son équipage: Yukiko se retrouve ainsi avec l’Arashitora qu’elle nomme Buruu en hommage au chien de son enfance.

“The thunder tiger looked at her like an avalanche looks at a butterfly.”

Le début de leur relation n’était pas des plus sympathiques, ils étaient obligés de rester ensemble parce qu’ils avaient besoin l’un de l’autre: elle de protection, lui de nourriture; mais l’on voit au fil des chapitres qu’un véritable lien se créé entre eux, bien au-delà qu’un simple besoin pour survivre. C’est l’une des choses que j’ai le plus aimé dans Stormdancer.

La romance est très peu présente dans ce livre, et honnêtement ça fait du bien. J’adore la romance, je ne dis pas le contraire, mais ne pas en avoir me va aussi bien. On se retrouve ici avec un triangle amoureux et des sentiments non partagés, sans pour autant rentrer dans le niais et le ridicule.

Certains passages m’ont bien faits rire, notamment ceux de Buruu, qui ne cesse de m’impressionner par son intelligence et sa capacité à apprendre rapidement, ce qui le rend rapidement capable d’utiliser l’ironie et le sarcasme. Kin également m’a bien fait rire, que ce soit sur le bateau volant ou de retour au palais.

Il y a un mois je disais dans ma chronique sur An Ember in the Ashes qu’il s’agissait d’un des livres les plus violents que j’ai pu lire, et bien je peux maintenant ajouter Stormdancer à la liste. Les scènes de combats sont très détaillées, ce qui les rend à la fois fascinantes et effrayantes, notamment lorsque Yukiko se bat contre des Oni. #ilikeit

tumblr_inline_mrc5zn01t41qz4rgp

Le shogun était un vilain un peu ridicule à mon goût. Fidèle à ses ancêtres, il ne voit pas plus loin que le bout de son nez, il est égoïste et sadique. A mesure que le livre passait (et aussi parce que je m’étais spoile la fin en lisant le résumé du tome 2), je me suis rendu compte qu’il n’était pas le vilain principal, juste celui qui fait office de bouc-émissaire dans le tome 1, et heureusement ! Je m’attendais à mieux niveau vilain, donc j’espère être convaincue dans le tome 2.

raw-27

Au final ce livre était vraiment une bonne lecture, malgré un début un peu difficile. Les personnages sont super attachants et bien développés, l’intrigue est prenante, et l’univers vraiment fascinant ! Tous les ingrédients étaient réunis pour faire un livre parfait: une héroïne badass, un animal mythique, et une intrigue recherchée. Mais le démarrage laborieux et long a eu raison de moi, je met donc la note de 4/5.

rh2dzkxrh2dzkxrh2dzkxrh2dzkx00

Publicités

7 réflexions sur “La Guerre du Lotus, tome 1: Stormdancer

  1. J’suis super contente que tu aies bien aimé ! Parce que c’est vrai que le style de l’auteur est très particulier, du coup : ça passe ou ça casse. XD J’espère que tu vas aimer la suite ! 8D (qui est beaucoup plus gore, ahah XD)

    J'aime

  2. Après avoir lu ta chronique je me rend compte que je n’ai encore jamais lu de bouquin avec un univers asiatique (à part peu être dans Les chroniques lunaire Cinder et encore c’est vraiment léger) il faut remédier à ça !!! Surtout que j’adore la culture en plus lol

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s