REVIEW Phobos, Tome 1

140Six prétendantes.
Six prétendants.
Six minutes pour se rencontrer.
L’éternité pour s’aimer.
Il veulent marquer l’Histoire avec un grand H.
Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.
Elle veut trouver l’amour avec un grand A.
Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour…
Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.


REVIEW

J’ai beaucoup entendu parler de ce livre, notamment par ma sœur qui a déjà lu tous les tomes parus, donc c’est sans surprises que je me suis lancée dans l’aventure. Rien qu’en lisant le résumé j’étais attirée par ce livre, principalement pour la perspective d’une histoire se déroulant sur Mars, même si j’avoue que j’hésitais un peu avec la partie télé-réalité où les participants sont filmés non-stop (je hais la télé-réalité donc bon), mais en lisant Phobos on oublie rapidement la présence des caméras autour des personnages, tout comme eux d’ailleurs.

Dès les premières lignes du livre, on rentre dans le vif du sujet: pas besoin d’attendre 5 chapitres pour voir les personnages décoller, la cérémonie commence dès le début, ce que ne nous donne pas le temps de nous ennuyer. Malgré tout, je n’ai pas trop aimé le début du voyage des prétendants vers Mars, dont j’ai trouvé certaines parties risibles et peu approfondies, mais au fur et à mesure que les chapitres avançaient cette impression est rapidement passée pour laisser place à une envie d’en savoir plus, notamment avec les quelques scènes se passant sur Terre (eh oui, tout ne se passe pas dans l’espace dans ce tome !) avec Serena McBee, Andrew et Harmony.

Ce que j’ai trouvé dommage, c’est qu’on ai le droit qu’à un seul point de vue, celui de Léonor, dans la navette Cupido, du moins un seul point de vue interne: On ne connaît rien des autres prétendants, ni comment se passe le voyage du côté des garçons, et lorsque qu’on « voit » les filles seules, c’est à travers l’œil des spectateurs qui regardent les séances au Parloir, on ne sait donc rien non plus vu de leur perspective.

Ce tome est néanmoins génial, l’intrigue est bien ficelée et l’on s’attache facilement aux personnages, le fond de l’histoire est bien trouvé et extrêmement bien représentatif de certaines personnes dans notre société (ceux qui l’ont lu savent de quoi je parle). Malgré les quelques points noirs que j’ai relevé un peu plus haut, je donne la note de 5/5.

rh2dzkxrh2dzkxrh2dzkxrh2dzkxrh2dzkx

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s